Trop de cas d’entreprise sont présentés sans aucune dimension critique, avec un ton qui épouse celui des plaquettes produites par les dircoms à destination des actionnaires. Ainsi, la fiche présentant l’entreprise de soutien scolaire Acadomia ne dit rien du statut des enseignants recrutés, pourtant éminemment contestable. Et présenter Bertrand Collomb, l’ex-président de Lafarge, comme un écologiste est un peu excessif au vu des résultats des efforts engagés par Lafarge en matière environnementale.

Certes, l’auteur n’évite pas les sujets qui fâchent : l’affaire Enron est décrite par le menu, de même qu'est bien analysée la nécessité d’agir pour lutter contre les discriminations à l’embauche, les plans de restructurations ou la nécessité d’affronter les exigences du développement durable. Mais pourquoi terminer tous ces textes par une note systématiquement positive. Ainsi la fiche « Peut-on devenir chef - et le rester – en écrasant les autres ? » est un hymne assez bien balancé en faveur d’un management participatif et respectueux des salariés, mais pourquoi l’avoir conclue par un : « chaque jour, des millions de chefs se consacrent avec dévotion à la réussite de leur équipe » qui fait sourire le lecteur qui a longtemps travaillé en entreprise. Disons que « dévouement » aurait suffi…

De même, la fiche « Quand les entreprises versent des pots de vin », fort bien informée, se termine par un lénifiant « de plus en plus d’entreprises préfèrent désormais renoncer au moindre cadeau dans leurs échanges commerciaux », affirmation sur laquelle il est permis d’énoncer quelques doutes. Par ailleurs, on regrettera que Bertrand Pointeau ait oublié que l’aventure entrepreneuriale peut-être aussi une aventure collective, hors de l’entreprise capitaliste, comme en témoigne le secteur de l’économie sociale. Alors qu’il consacre quatre pages à l’essor des services à la personne, il ne mentionne ainsi qu’au détour d’une phrase le rôle joué dans ce secteur par le milieu associatif.

Mais le plus surprenant sont les six pages de présentation des « principaux métiers de l’entreprise » sur laquelle le livre se conclut. Y sont présentés avec justesse les différentes fonctions de l’entreprise à travers leurs directeurs et autres responsables, mais pas le moindre travailleur de base. De là à en déduire que ce livre s’adresse principalement aux ados qui, demain, après avoir fait une grande école, occuperont ces postes de cadres dirigeants, il n'y qu'un pas, qu'on est tenté de franchir. Dommage.

L’entreprise enfin expliquée aux ados (Ouvrage publié avec le soutien de Bain&Company) par Bertrand Pointeau aux Editions Nathan, 280 p 18€