Comme l’ont montré Thomas Lamarche et Agnès Labrousse dans une note de l’Idies, le souci constamment réaffirmé de l’Afep est la « défense et l’illustration » du pluralisme en économie. Or celui-ci leur semble menacé par l’hégémonie institutionnelle de l’économie mainstream, qui contraint ceux qui souhaitent développer des recherches en continuité avec les diverses traditions de l’économie politique à « migrer » vers d’autres sections (sociologie, science politique) que celle de sciences économique. Cette hégémonie d’une science économique fondée sur le paradigme de l’homo oeconomicus rationnel et maximisateur, qui provoque souvent des réactions d’exit ou de ''voice''chez les étudiants, est aussi un frein à l’exploration de voies de recherche nouvelles, souvent pluridisciplinaires.

Cela rend indispensable, pour l’association, la création d’une nouvelle section, « Economie et société », une appellation que n’aurait pas renié Max Weber ! Il s’agirait d’y rassembler les enseignants-chercheurs qui feraient cohabiter et dialoguer des démarches scientifiques variées, sans exclusives, afin de former des économistes polyvalents, en prise avec la société, comme l’explique l’argumentaire de l’Afep, et non des « économistes en chambre », noyés dans leurs abstractions.

Cette section sortirait aussi du régime dérogatoire qui est celui hérité des anciennes facultés de Droit avec en particulier son système « d’agrégation-cooptation ». Y serait enfin mis en œuvre une évaluation multicritère, telle que la défendaient les auteurs de la note évoquée ci-dessus.

Encore faut-il savoir combien d’enseignants-chercheurs seraient prêts à se lancer dans l’aventure intellectuelle et institutionnelle de cette nouvelle section, avant que l’association entame les négociations avec les instances décisionnaires, d’où le recensement des demandes de rattachement à celle-ci.

Et pour avancer encore dans le projet, une réunion est convoquée le 18 mars: 14h, à l’Université Paris-Diderot, salle 470 E, bâtiment La Halle aux Farines, Paris 13è.

Billet publié le 12 mars 2013